lundi 20 juin 2011

La Zoélette est dans la place !

Au hasard de vos déambulations dans Berlin, alors que vous négociez votre parcours au milieu des milliers de cyclistes qui filent en trombe sur le pavé irrégulier de la Bundeshauptstadt, vous allez peut-être croiser un bien étrange attelage, plus singulier encore que les nombreux ORNIs (objets roulants non identifiés) et autres déjantés du cyclo-tuning qui paradent anarchiquement dans nos rues, un attelage disais-je, constitué d’une bicyclette aménagée de manière à accueillir un passager à l’avant qui peut fait semblant de pédaler (c’est un “tandem Pino” pour les spécialistes, et je sais que mes lectrices y connaissent un rayon en matière de vélo), d’une carriole bébé à l’arrière, et d’une douzaine de sacs qui dépassent de tous les côtés. Je les ai filmés sur la Karl-Marx-Allee, tout en pédalant devant eux, et je dois avouer que je ne suis pas mécontent de mes acrobaties sur ce coup. Quand on est intégré à Berlin, on ne fait plus quun avec son vélo, c’est la symbiose parfaite. Prochaine étape : faire la sieste sur ma fidèle monture. Mais reprenons plutôt le cours de notre histoire. 

video


Juchés sur leur inhabituel véhicule, trois intrépides voyageurs roulent à vive allure malgré les kilos de lest. Ils ont les mollets saillants des sportifs accomplis, le teint bronzé des routards aguerris, le visage souriant de ces veinards qui ont pris de longues vacances pour profiter de la vie. Anne-Sophie, Julien et la petite Zoélie sont une jeune famille originaire de la petite ville de Marvejols, dans le Gévaudan. Zoélie na que deux ans, mont-ils dit; Anne-Sophie et Julien, «cinquante-cinq ans à eux deux», à en croire leur blog, La Zoélette. Ils en sont partis le 5 mars dernier de la Lozère, pour un périple de six mois à travers l'Europe, qui les a emmenés à travers lItalie, la Slovénie, la Hongrie, la Slovaquie et la Pologne. Ils ont vu du pays, rencontré une foultitude de gens, planté leur tente où ils le pouvaient, eu bien froid au début de leur voyage, eu chaud sur les routes ensoleillées de Pologne, appris plein de mots barbares en hongrois et en slovaque, et se sont plus ou moins incrustés à un mariage polonais. Après avoir vu Auschwitz, puis la mer Baltique et Gdańsk, les voilà qui reviennent lentement vers la France, mais, arrivés à Berlin où je les ai interceptés, il leur reste encore bien plus de 2000 km à pédaler avant qu'ils ne regagnent leurs pénates, d’autant plus qu’ils veulent faire un détour par l’autre capitale du vélo, Amsterdam.

La famille d'aventuriers attend au feu rouge, sur fond d'architecture "DDR" à Strausberger Platz.
La petite Zoélie n'a pas voulu montrer sa frimousse à la caméra.

Je n’ai pas grand chose de plus à dire sur nos aventuriers. J’étais en train de me hâter pour ne pas arriver trop en retard au beach-volley, malgré le temps fort peu clément de ce dimanche, et j’ai décidé de prendre malgré tout quelques minutes pour faire la connaissance de ces voyageurs peu banals. Eux cherchaient un “office du tourisme”, et j’étais bien incapable de leur dire où ils pourraient trouver ça... je les ai dirigés vers Unter den Linden, peut-être y a-t-il quelque chose là-bas ? Un petit film sur la Karl-Marx-Allee, que j’ai bien vite arrêté à cause des rafales de vent qui me déséquilibraient, deux photos à Strausberger Platz, dont décidément il est souvent question dans ce blog, de trop brèves présentations, quelques encouragements, et nous nous quittions déjà. Du coup, je suis arrivé encore plus en retard, mais cela en a valu la peine.

Cétait une brève rencontre, mais un de ces courts moments qui nous donnent cette impression quon a bien fait de mettre le nez dehors et d’affronter le monde aujourd'hui, un de ces instants qui, en quelques minutes, nous donnent la certitude que nous navons pas perdu notre journée.

Bonne chance et bon vent à nos trois explorateurs !

Le Fernsehturm s'invite toujours dans mes photos ! Je ne sais pas comment il fait mais il est toujours là.

10 commentaires:

  1. Qui aurait cru que des français concurrenceraient les allemands en ce qui concerne la bicyclette améliorée?? Certainement pas moi ! : )

    RépondreSupprimer
  2. Wow, avec une petite fille de deux ans? Ma poulette aime bien la remorque du vélo, mais je ne crois pas qu'elle resterait sagement assise plus qu'une heure.
    Bravo à cette famille!

    RépondreSupprimer
  3. Oh, dans notre beau pays on aime bien le vélo aussi, hein Aude ? Bienvenue en tout cas et bonne chance pour Berlin Moments.

    :-)

    JvH - c'est clair, je sais pas comment ils ont géré la petite en étant à vélo tout ce temps... n'étant pas un parent, je n'ai pas eu le bon réflexe de le leur demander... Espérons qu'ils ne l'ont pas droguée, ces Thénardier à pédales !!!!
    Ça vaut peut-être le coup de s'en enquérir sur leur blog ?
    :-)

    RépondreSupprimer
  4. J'aime bien ce genre d'aventures! :)

    Sinon tu dis LE Fernsehturm toi? En quel honneur? Tu veux qu'on en parle?

    RépondreSupprimer
  5. Oui, je suis un salaud misogyne et phallocrate, et pour moi, le Fernsehturm, ce haut monument à la forme virile, ne peut être qu'un monsieur, assurément !
    :-)

    Et accessoirement parce qu'en allemand c'est DER Fernsehturm, de genre masculin... je crois que je commence à m'habituer à le traiter comme un vieux pote du coup, plutôt que comme une élégante dame comme LA tour Eiffel :-)

    RépondreSupprimer
  6. Un petit bonsoir!

    Je rattrape avec plaisir qques semaines de lecture en retard.
    Salaud miso et phallo, oui ça te résume assez bien!:-)

    Ceci dit je rejoins Zénobie sur la question du genre...il y a certes un DER, mais l'entité se situe sur l'Alexanderplatz et en droit patrimonial l'accessoire suit le principal (immeuble par destination); je crois que l'entité peut avoir le genre de son terrain de rattachement... et je crois même que l'entité est trans-genre!

    Et en portant un autre regard sur la chose (plus poétique et moins miso), il est aussi possible d'y voir un sein pourvu d'un téton érectile...une femme jeune épanouie et pleine d'ambition en somme!

    RépondreSupprimer
  7. Chère Andrea, ravi de te lire à nouveau ! Tu n'aurais pas été un peu trop inspirée par la Gay Pride par hasard ??? Et encore, je dirais que parler de droit patrimonial et de téton érectile dans le même souffle, c'est encore plus fort que la gay pride... coup de chaleur sur Paris, peut-être ?

    En tout cas, pour revenir à la grammaire, eh bien en allemand c'est aussi DER Platz, donc "Alexanderplatz", c'est tout autant masculin que Fernsehturm... ah mais c'est qu'ils sont chafouins ces Allemands hein ;-)

    RépondreSupprimer
  8. téton érectile + droit patrimonial = éprouver son imagination!
    tu devrais essayer un peu plus souvent, ça fait du bien...
    même si les 38° parisiens ont effectivement dû aider
    tchuss

    RépondreSupprimer

Un petit bonjour ?

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...